La motricité libre consiste à laisser l’enfant explorer le plus librement possible son corps et son environnement, sans brûler les étapes d’apprentissage, et sans aide d’un parent pour avancer plus rapidement. Cette activité spontanée, respectueuse d’un rythme propre à chaque enfant, est la clef d’une aisance corporelle qui lui servira tout au long de sa vie.

Ce concept a été développé dans les années 60 grâce à la pédiatre Emmi Pickler, et connait un regain d’intérêt depuis quelques années. Effet de mode, pensez-vous? Je ne suis pas de cet avis. En réalité, ces travaux sont reconnus et acceptés par un grand nombre de professionnels de santé et de la petite enfance: La motricité libre est de plus en plus pratiquée dans les lieux d’accueil des tout-petits, et beaucoup de conseils donnés par les ostéopathes, les kinésithérapeutes et les psychomotriciens, sont directement en lien avec cette pratique. Il me semblait donc pertinent de revenir dessus pour vous en expliquer les enjeux.

Motricité libre et ostéopathie sont étroitement liés. Il est en effet primordial de donner à bébé la possibilité de passer par toutes les étapes d’apprentissage moteur avant de savoir marcher, sans précipiter les choses, et à plus forte raison s’il présente des difficultés de type reflux, colique, torticoli, plagiocéphalie, etc: Plus l’enfant sera libre de ses mouvements lors de ses premières expériences sensitives et motrices, plus il sera en mesure de corriger lui-même ses perturbations. Par exemple, si un bébé vient pour un torticolis mais qu’après la séance il passe la plupart de son temps d’éveil dans un transat ou un cosy, les tensions musculaires vont peu à peu se réinstaller et les séances n’apporteront qu’un soulagement temporaire. Par contre, si de retour à la maison ce bébé peut expérimenter de manière plus confortable le fait de tourner la tête à gauche et à droite, il va naturellement muscler symétriquement ses cervicales, et donc participer activement à l’amélioration de son état.

La motricité libre participe ainsi à la prévention et à la régression de nombreux troubles, et les bénéfices d’une séance d’ostéopathie en seront décuplés. D’ailleurs, un enfant qui est élevé selon ces principes aura sûrement moins besoin de séances (et c’est tant mieux !). Il sera également plus rapidement confortable et à l’aise dans son corps, avec une meilleure conscience de ses capacités ET de ses incapacités.
C’est en découvrant les possibilités de mouvement seul et à son rythme que votre enfant pourra construire des bases solides sur lesquelles s’appuyer tout le reste de sa vie. La motricité libérée, c’est faire en sorte qu’il soit pleinement maître de son corps -et pas un éternel maladroit qui n’est pas foutu de rattraper un ballon quand on le lui lance ou de faire un panier quand il lance quelque chose dans la corbeille à papier (toute ressemblance avec une de vos connaissance est tout à fait fortuite)-.

motricité conseils ostéopathie
Motricité bébé conseil ostéopathe
Motricité libre importance

Alors, comment accompagner le bébé pour libérer sa motricité ?

Gardez en tête que l’âge des acquisitions est moins important que la qualité de la mise en place des autres étapes, et que la marche n’est pas une fin en soi.

La station assise est par exemple l’une des dernières étapes juste avant la marche, précédée de nombreuses autres étapes fondamentales:

  • Le retournement du plat dos vers le plat ventre
  • Le retournement du plat ventre vers le plat dos
  • Le ramping en marche arrière
  • Le ramping en marche avant
  • Le 4 pattes (étape que beaucoup de bébés n’acquièrent pas s’ils sont souvent placés en position assise trop précocement)
  • La station semi-assise

Une fois la station assise acquise, il pourra y revenir et en sortir en restant maître de son confort, sans se retrouver “bloqué” dans une position imposée par des adultes.

Autour de ces étapes, bébé passera par des phases de déploiement/relâchement de chaque partie de son corps. Le déploiement lui permet de développer sa musculature, tandis que le relâchement traduit un contrôle volontaire de la contraction. Il arrive enfin à attraper ses pieds avec ses mains? Génial! C’est signe d’un meilleur contrôle volontaire de son tonus de jambes!
Soyez curieux et attentif aux acquisitions progressives!